Livraison 24/48h offerte dès 75€ (en relais colis) Icones toolbar
Les dix tendances du marché des boissons sans alcool !

Les tendances du marché des boissons sans alcool !

Posté le 22 mars 2024

Les dix tendances du marché des boissons sans alcool !

SHOGGA : Décryptage du marché NoLo (No and Low alcohol),  un article remarquable et une étude très complète qui force le respect, félicitation à German BRUNO fondateur de BACKLINE :

https://www.backline.co/articles/les-dix-tendances-du-marche-des-boissons-sans-alcool

Ces buveurs occasionnels ne cherchent pas nécessairement à éliminer complètement l’alcool de leur vie, mais plutôt à diversifier leurs expériences gustatives avec des boissons faibles en alcool et enrichies de saveurs innovantes. Depuis trois ans, chez Backline, nous suivons cette tendance, accompagnant des projets novateurs dans le secteur des boissons NoLo. L’intérêt pour ces alternatives plus saines et inclusives ne cesse de croître, marquant un changement dans les habitudes de consommation, désormais riche en acteurs innovants et en produits variés.

Devant l’augmentation rapide du nombre d’acteurs sur le marché NoLo, nous avons jugé essentiel de plonger au cœur de cette tendance pour en décrypter les nuances. Notre but est double : d’une part, déceler les motivations réelles des consommateurs, qui diffèrent grandement selon les tranches d’âge, et d’autre part, comprendre la stratégie de ces nouveaux acteurs qui ambitionnent de se faire une place sur un marché encore modeste en volume par rapport à celui des boissons alcoolisées, mais qui connaît une croissance soutenue. Cette exploration nous permettra de mieux appréhender comment ces entreprises innovent et se distinguent dans un secteur en plein essor.

Cet examen approfondi des boissons NoLo vise à offrir une perspective éclairée sur un marché en mutation, illustrant comment technologie, choix de consommation et tendances sociales s’entremêlent pour façonner l’avenir de nos verres.

Quelques dates clés du marché des boissons NoLo

2014
Les Brasseries Kronenbourg ont introduit Tourtel Twist sur le marché, marquant ainsi le lancement de la première marque de bière en France à adopter un positionnement exclusivement sans alcool, 0,0 %.

2015
Lancement de Seedlip, la première marque de spiritueux sans alcool, qui a marqué un tournant pour le marché NoLo en offrant une alternative premium pour les cocktails sans alcool. Seedlip a été une véritable révolution, montrant qu’il y avait une demande pour des boissons sans alcool complexes et sophistiquées.

2017
Heineken 0.0 est introduite sur le marché, marquant un investissement majeur d’un acteur traditionnel de la bière dans le segment sans alcool. La publicité de Heineken, “Now You Can”, souligne la flexibilité qu’offre une bière sans alcool pour profiter de la bière à tout moment sans les effets de l’alcool.

2018
Le mouvement Dry January (2013) gagne en popularité partout dans le monde, soutenue par des campagnes de santé publique encourageant les gens à renoncer à l’alcool pendant un mois. Cette initiative a non seulement sensibilisé à la modération de la consommation d’alcool mais a également stimulé l’intérêt pour les alternatives NoLo.

2019
L’introduction de nouveaux produits NoLo par des marques bien établies et de nouvelles startups, répondant à la demande croissante pour des options de consommation plus saines. Des entreprises comme Kin Euphorics (2017) et Three Spirit (2018) ont gagné en popularité, offrant des boissons sans alcool visant à améliorer l’humeur et le bien-être sans les inconvénients de l’alcool.

2020
La pandémie de COVID-19 a entraîné une hausse de la consommation d’alcool à domicile, mais a également accru l’intérêt pour la santé et le bien-être, propulsant davantage la demande pour les boissons NoLo.

Diageo, l’un des plus grands producteurs de boissons alcoolisées au monde, investit dans la startup Ritual Zero Proof, spécialisée dans les spiritueux sans alcool, démontrant l’intérêt croissant des géants de l’alcool pour le segment NoLo.

2021
Expansion significative de l’offre de vins sans alcool avec des acteurs comme Moderato en France. Malgré sa réputation de grande nation viticole traditionnelle, la France embrasse les tendances émergentes et répond à la demande croissante de consommation responsable et de diversification des choix pour les consommateurs.

2022
Une augmentation des lancements de boissons NoLo fonctionnelles qui non seulement offrent une alternative sans alcool, mais sont également enrichies en vitamines, minéraux, et adaptogènes pour promouvoir la santé et le bien-être.

2023
Le nombre de bars à cocktails sans alcool et les caves dédiées aux boissons non alcoolisées connaît une expansion remarquable à travers le monde. Initié par des pionniers tels que Gueule de Joie en 2019 et Le Paon qui Boit à Paris en 2021, ce mouvement se propage en France.

2024
D’après Alcohol Change UK, l’organisme à l’origine du Dry January, environ 9 millions de personnes au Royaume-Uni se sont jointes à cette initiative cette année, marquant un début d’année très encourageant.

10 tendances du marché NoLo

L’intérêt croissant pour les alternatives sans alcool n’est pas seulement une question de goût, mais aussi un reflet de notre quête collective pour un mode de vie plus sain. Les consommateurs d’aujourd’hui sont de plus en plus attentifs à ce qu’ils consomment, privilégiant des options qui soutiennent leur bien-être physique et mental. Dans ce contexte, les boissons sans alcool offrent une alternative attrayante, permettant de savourer l’instant sans les effets négatifs de l’alcool.

Suite à notre analyse approfondie du marché NoLo, enrichie par des échanges avec les acteurs clés qui animent ce secteur au quotidien, nous avons identifié dix insights majeurs. Ces perspectives offrent une vue d’ensemble des dynamiques, des innovations, et des tendances de consommation qui caractérisent aujourd’hui ce marché. Voici les points essentiels que nous avons retenus :

#1 – Un changement de paradigme dans la consommation

Dans une société où les questions de santé et de durabilité prennent le devant de la scène, le marché des boissons sans alcool s’épanouit, révélateur d’un changement significatif dans les priorités des consommateurs.

Trois chiffres clés en France :

  • 200 litres d’alcool par an par personne en 1960, contre 80 litres aujourd’hui
  • 75% de consommateurs de boissons sans alcool consomment aussi de l’alcool
  • 23% des 18-25 ans ne consomment pas d’alcool

Ces chiffres ne sont pas seulement un indicateur de la montée de la sobriété, mais aussi le reflet d’une prise de conscience plus large sur la santé et le bien-être, particulièrement chez les jeunes générations.

Une enquête par ESCAPAD  révèle une baisse significative de la consommation d’alcool chez les jeunes générations, notamment en France, où l’expérimentation de l’alcool se fait désormais à un âge plus tardif : la part d’adolescents n’ayant jamais bu d’alcool dans leur vie est passée de 4,4 % en 2002 à 14,4 % en 2017.

Cependant, la popularité des boissons sans alcool chez les millennials et la génération Z va au-delà de la simple abstention d’alcool. Ces consommateurs avertis recherchent activement des alternatives qui offrent des bénéfices supplémentaires pour la santé, comme des boissons enrichies en vitamines, adaptogènes, ou d’autres composants favorisant le bien-être holistique.

Ces choix ne sont pas anodins ; ils incarnent une approche plus réfléchie et intentionnelle de la consommation, où la santé et l’image que l’on renvoie de soi priment sur le simple plaisir éphémère.

Notre clientèle est composée à 80 % de personnes qui continuent à boire de l’alcool mais qui apprécient faire des pauses de temps en temps. On les appelle les flexi drinkers – Augustin Laborde – Fondateur Le Paon qui boit

Parallèlement, la culture de la sobriété se renforce, avec des initiatives incitant les gens à revoir leur rapport à l’alcool, comme le “Dry January” qui enregistrent 400 000 téléchargements de leur kit d’information pour l’édition 2023, contre 300 000 l’année précédente. Ces mouvements, couplés à une ouverture sociale autour de la sobriété, démystifient l’idée que l’alcool est indispensable au divertissement et à la socialisation.

Pour lancer le mois de janvier, Hendrick’s Gin a été rebaptisé “Hendrick’s Gym” pour motiver les consommateurs à participer au Dry January 2024.

La boisson rebaptisée “Hendrick’s Gym”.

Au cœur de ce mouvement, on trouve aussi une conscience écologique grandissante. Les consommateurs d’aujourd’hui ne se contentent pas de produits sains ; ils recherchent également des marques engagées dans des pratiques durables et respectueuses de l’environnement.

Ce panorama changeant dans le monde des boissons est plus qu’une simple tendance ; c’est une réponse directe à des préoccupations mondiales de plus en plus pressantes concernant la santé personnelle et la préservation de notre planète. Il témoigne d’un désir croissant d’aligner nos choix de consommation avec nos valeurs les plus profondes, redéfinissant ainsi ce que signifie boire de manière responsable et consciente.

#2 – Influence de la culture pop et des médias sociaux

Trois chiffres clés :

  • Les 7 stars lançant une boisson sans alcool touchent une audience cumulée de 770 millions de personnes sur les réseaux sociaux
  • Chaque épisode de la série animée “BoJack Horseman” est regardé en moyenne par 5,86 millions de téléspectateurs
  • La requête Google ‘Sober celebrities’ affiche plus de 20 000 réponses, notamment des articles de la presse.

La culture pop, avec ses icônes influentes et ses messages véhiculés à travers la musique, le cinéma, et la télévision, a longtemps façonné nos préférences et comportements. Aujourd’hui, elle embrasse la sobriété avec une ferveur renouvelée, présentant les boissons sans alcool non seulement comme des alternatives saines mais aussi comme des symboles de performance et sophistications.

En mettant l’accent sur la maîtrise de soi et le bien-être, cette tendance se distingue nettement de la culture de la fête, traditionnellement associée à la consommation d’alcool et la cigarette. Cela peut refléter une évolution des valeurs, où la réussite personnelle et le développement personnel sont prioritaires.

Le musicien Jack Harlow et la supermodèle Bella Hadid, tous deux exerçant des professions associées aux soirées bien arrosées, ont partagé avec leurs fans leur décision de couper leur consommation d’alcool. De même, des personnalités comme Kim Kardashian et Jennifer Lopez ont évoqué leur préférence pour un style de vie principalement exempt d’alcool.

“J’en ai marre de me réveiller avec la gorge sèche, marre de me sentir ballonné. J’en ai marre des décisions que je prends”, a déclaré Jack Harlow à Rolling Stone.

Au cœur du changement des perceptions publiques sur la sobriété, des personnalités influentes participent activement à rendre la sobriété plus séduisante et acceptée socialement.

5 célébrités ayant lancées leur marque de boisson NoLo.

Voici 7 marques lancées par des célébrités :

Betty Buzz (2021) – Blake Lively : une gamme de mixeurs pétillants non alcoolisés, sans arômes artificiels, édulcorants, ou OGMs, visant à offrir une option plus saine et authentique pour accompagner les cocktails sans alcool.

Kin Euphorics (2018) – Bella Hadid : marque de toniques non alcoolisés contenant des adaptogènes issus de champignons, conçue pour améliorer le bien-être général avec une approche axée sur la santé sans les effets de l’alcool.

De Soi (2022)  – Katy Perry : ligne d’apéritifs non alcoolisés enrichie d’adaptogènes comme le reishi et l’ashwagandha, offrant une expérience gustative similaire aux vins, mais sans alcool.

Budweiser Zero (2020) – Dwyane Wade : une édition limitée de bière non alcoolisée en collaboration avec Budweiser, offrant le goût de la bière classique mais sans alcool, adaptée aux consommateurs souhaitant réduire leur consommation.

Cann (2019) – Rosario Dawson : boisson infusée au cannabis, se positionnant comme un substitut aux boissons alcoolisées, offrant une alternative légère avec des doses contrôlées de THC pour une expérience relaxante sans alcool.

ZOA Energy (2021) – Dwayne “The Rock” Johnson : boisson énergétique sans alcool qui mise sur des ingrédients plus naturels et propres comme une alternative aux boissons énergétiques traditionnelles, enrichie en vitamines et antioxydants.

Prime (2022) – Logan Paul et KSI : boisson énergétique développée par les YouTubeurs Logan Paul et KSI, offrant une hydratation avec des vitamines, des électrolytes, et sans sucre ajouté, visant le marché des jeunes et des athlètes.

En dépassant la simple promotion de leurs entreprises, ces célébrités incarnent les bienfaits d’un style de vie sans alcool où la modération n’est plus une contrainte, mais un choix tendance et bénéfique pour le bien-être personnel.

Bella Hadid, co-fondatrice de Kin Euphorics.
Katy Perry & Morgan McLachlan, confondatrices de DeSoi.

Cette influence est particulièrement remarquable parmi les jeunes générations, qui s’inspirent de ces modèles pour adopter des habitudes de vie plus saines et conscientes. Une étude de 2023, publiée dans la revue “Behavioral Sciences”, a mis en lumière cet impact positif du marketing d’influence sur l’adoption de bières sans alcool chez les adolescents, soulignant le rôle pivot des influenceurs dans les comportements de consommation de cette génération.

Parallèlement, les médias traditionnels, à travers des séries télévisées, des films et des publicités, contribuent à une prise de conscience sur les méfaits liés à l’alcool en mettant en scène des personnages confrontés aux conséquences négatives de la consommation d’alcool. Les récits autour de personnages tels que BoJack Horseman et Bradley Cooper dans “A star is born”, offrent des perspectives profondes sur les combats intérieurs et les répercussions externes de la consommation d’alcool.

Serie TV BoJack Horseman

En exposant les difficultés, les rechutes, mais aussi les efforts pour maintenir la sobriété, ces séries télévisées et films facilitent une réflexion plus nuancée sur l’alcool. Cette représentation médiatique agit comme contrepoint essentiel à l’image parfois glamour de la consommation d’alcool véhiculée plus généralement et offre un rappel salutaire en présentant la sobriété non pas comme une limitation, mais comme une voie vers une plus grande liberté personnelle et un bien-être accru.

Ces deux sphères : médias sociaux et culture pop, travaillent de concert pour briser les stéréotypes longtemps associés à la sobriété et mettent en avant le choix de ne pas consommer d’alcool comme une décision tout aussi valide et respectée que son contraire.

La mise en lumière des avantages d’un mode de vie sans alcool, combinée à la visibilité offerte par des personnalités publiques et des récits médiatiques, participe à déstigmatiser la sobriété et à rendre les options sans alcool plus grand public. Ce phénomène indique un changement majeur dans nos attitudes collectives, favorisant une tendance vers des décisions plus conscientes et responsables en matière de consommation d’alcool.

#3 – Une diversité grandissante des produits

Trois chiffres clés :

  • Les catalogues de boissons sans alcool des caves sans alcool ont doublés en 1 an
  • L’International Wine and Spirit Competition a enregistré une augmentation de 389% du nombre de candidatures pour sa catégorie NoLo par rapport à 2020
  • Les caves et bars sans alcool proposent en moyenne plus de 7 catégories différentes de boissons sans alcool

L’évolution du marché NoLo a révolutionné l’éventail de choix de boissons sans alcool disponibles, avec des acteurs de ce secteur qui ne cessent de repousser les limites de la créativité pour offrir aux consommateurs une expérience sans alcool exceptionnelle. Le constat de cette transformation est frappante au cœur de Paris, au sein du magasin “Le Paon qui Boit”, spécialisé dans les boissons sans alcool. En moins d’un an, ce détaillant a réussi à élargir son catalogue de manière impressionnante, passant de 250 à 450 produits.

La cave sans alcool “Le Paon qui Boit”.

La boutique propose une gamme variée de produits NoLo, de bières artisanales aux cocktails élaborés, en passant par les vins désalcoolisés et les spiritueux sans alcool : il existe désormais une multitude de produits pour satisfaire tous les goûts et toutes les occasions.

“Que ce soit pour une boisson rafraîchissante par une chaude journée d’été, une option élégante pour les dîners fins, ou une alternative sans alcool pour vos cocktails favoris, il existe maintenant une profusion d’options.”

Les amateurs de bière peuvent savourer une gamme diversifiée de bières artisanales non alcoolisées, qui égalent les bières traditionnelles en goût, avec des nuances allant du houblonné au malté et au fruité.

Bières sans alcool de la Brasserie Parallèle.

Les spiritueux sans alcool reproduisent la complexité des cocktails classiques, permettant de déguster un Dry Martini, un Mojito, ou un Negroni sans alcool.

Spiritueux sans alcool de Sober Spirits.

Les vins sans alcool et les options pétillantes proposent une touche sophistiquée pour les célébrations ou les repas gastronomiques, avec une palette allant du sucré au sec.

Vins sans alcool de Moderato.

Les cocktails créatifs sans alcool, combinant des ingrédients premium, des extraits botaniques, et des infusions, promettent des expériences gustatives inédites.

Cocktail sans alcool de Jardins.

Les boissons fonctionnelles enrichies en nutriments, vitamines ou adaptogènes, sont conçues pour offrir des avantages supplémentaires pour la santé et le bien-être. Elles ciblent des besoins spécifiques tels que l’amélioration de l’énergie, la relaxation ou le renforcement du système immunitaire.

Boissons fonctionnelles de Naka.

Ainsi, la diversité croissante des boissons NoLo et fonctionnelles enrichit l’expérience culinaire, offrant à chacun la possibilité de découvrir des boissons adaptées à leurs préférences personnelles, moments de consommation, tout en embrassant une culture de modération et de santé.

#4 – Premiumisation des boissons NoLo

La premiumisation des boissons NoLo est une tendance marquante qui traduit l’évolution des attentes des consommateurs vers des options de qualité supérieure, aussi bien dans leur composition que dans leur présentation. Cette montée en gamme s’inscrit dans un contexte marché où, selon une étude de GlobalData, plus de 40% des consommateurs, que ce soit pour des boissons alcoolisées ou non alcoolisées, manifestent leur préférence pour des produits premium, au moins de manière occasionnelle.

Le rapport de Tapì Group va même plus loin en révélant que les spiritueux et vins premium et “super premium” sont prévus pour augmenter leur part de marché de 13 % d’ici 2024, preuve que les consommateurs, en particulier ceux à la recherche d’alternatives sans alcool, ne veulent plus choisir entre sobriété et expérience gustative raffinée.

Ce mouvement vers la premiumisation est principalement soutenue par trois facteurs clés :

1. Utilisation d’ingrédients de qualité supérieure

Les nouvelles marques NoLo mettent un point d’honneur à sélectionner des ingrédients de haute qualité pour offrir une expérience gustative à la fois riche et complexe, qui se distingue par son authenticité et son caractère.

Cette approche se traduit à travers des marques comme JNPR et Osco qui utilisent des ingrédients issus de l’agriculture biologique ou de sources durables, une démarche qui non seulement témoigne d’un engagement envers la qualité, mais aussi d’une conscience environnementale.

Osco – L’Original, apéritif bio sans alcool

Ce marqueur de premiumisation ne se limite pas uniquement à la sélection des ingrédients, mais s’étend également à la présentation des produits. La manière dont les saveurs et les arômes sont décrits joue un rôle crucial dans la perception du produit par les consommateurs. On peut lire des descriptions gustatives travaillées, mettant en avant la complexité et la richesse des saveurs :

“On découvre d’abord au nez les notes fraîches et herbacées de la baie de genièvre et de la coriandre. Ensuite, en bouche, s’exprime une acidité naturelle rappelant la pomme. Les saveurs de cubèbe et de cardamome enveloppent délicatement le palais”

En valorisant la qualité et l’origine des ingrédients, ainsi que la finesse des saveurs, ces marques parviennent à créer une image de luxe et d’exclusivité autour de leurs boissons NoLo, attirant ainsi une clientèle à la recherche d’alternatives sans alcool dignes des meilleures expériences œnologiques ou de mixologie.

2. Procédés de fabrication innovants

Les progrès technologiques ont un impact significatif sur la fabrication des boissons NoLo haut de gamme, en introduisant des procédés de production innovants qui préservent et mettent en valeur les arômes et saveurs des ingrédients. Des techniques avancées comme la distillation sous vide à basse température et l’extraction par CO2 supercritique sont employées pour capturer l’essence des ingrédients sans dégrader leurs saveurs ni leurs arômes. Ces méthodes permettent de créer des boissons sans alcool qui rivalisent en complexité avec leurs homologues alcoolisées.

Les marques premium dans le domaine des spiritueux sans alcool exploitent également des techniques traditionnelles comme l’infusion, la macération et la distillation adaptées à leur processus de production. Ces méthodes artisanales permettent d’extraire avec précision les saveurs et arômes des plantes, herbes et fruits, conduisant à la création d’apéritifs non alcoolisés aux profils gustatifs riches et complexes.

Pour ceux intéressés par une compréhension plus approfondie des diverses techniques de désalcoolisation et de fabrication des boissons légères et sans alcool, B&S tech, spécialistes en création de boissons légères et sans alcool, offrent des descriptions très précises sur leur site internet.

Deux techniques de désalcoolisation.

3. Attention particulière portée à la conception des emballages

L’expérience premium ne s’arrête pas au goût; elle s’étend à la présentation et à l’emballage. Les boissons NoLo premium sont souvent présentées dans des bouteilles et des emballages au design élégant et sophistiqué, reflétant la qualité du produit qu’ils contiennent. L’esthétique visuelle, des étiquettes aux formes des bouteilles, joue un rôle clé dans l’attrait de ces produits sur le marché.

Cette attention aux détails assure que le choix d’une boisson NoLo est aussi visuellement satisfaisant qu’il l’est gustativement, renforçant l’idée que choisir sans alcool ne signifie pas renoncer à l’expérience de luxe. Pour une analyse plus approfondie de l’impact du design sur l’attrait des boissons NoLo et comment il contribue à l’expérience premium, nous publierons bientôt un article qui explore en détail les tendances actuelles en matière de design d’emballages NoLo.

En somme, la premiumisation des boissons NoLo repose sur une synergie entre la qualité exceptionnelle des ingrédients, l’innovation en matière de production, et un design d’emballage qui évoque le luxe et le soin. Cette approche assure que les consommateurs ne doivent pas choisir entre sobriété et plaisir, offrant une expérience riche et satisfaisante à tous niveaux.

#5 – L’essor des spiritueux sans alcool

Trois chiffres clés :

  • En 2021, le marché des spiritueux sans alcool a connu une augmentation de 13% en France​​
  • La croissance annuelle de ce marché devrait se situer autour de 10% jusqu’à 2025​​
  • Le marché des spiritueux sans alcool  devrait atteindre les 200 millions de USD d’ici 2026

Depuis le lancement de Seedlip en 2015 et de Ceder’s en 2017, le marché des spiritueux sans alcool a vu son nombre d’acteurs augmenter rapidement. Actuellement, une centaine d’acteurs ambitionnent de se distinguer sur le marché mondial des spiritueux sans alcool qui présente une croissance constante depuis plusieurs années.

Evolution et projection du marché de spiritueux sans alcool (taille en millions de USD)

L’expansion des spiritueux sans alcool sur le marché se fonde sur deux piliers essentiels : une demande en hausse, comme mentionné plus tôt, et des avancées significatives dans les techniques de production. Ces innovations offrent une qualité gustative exceptionnelle qui met en valeur l’offre actuelle de spiritueux. Le secteur bénéficie d’innovations techniques permettant de recréer les profils aromatiques complexes des spiritueux traditionnels.

Ces boissons, qui reproduisent ou tirent leur inspiration de spiritueux classiques, offrent aux consommateurs la possibilité de réduire leur consommation d’alcool sans pour autant abandonner leurs mélanges ou cocktails favoris. Bien que les méthodes de fabrication puissent varier selon les marques, la plupart reposent sur une forme de distillation à la vapeur. Cette technique permet d’infuser les saveurs des herbes et plantes typiques des spiritueux traditionnels dans un support liquide sans alcool.

Une grande majorité des amateurs de spiritueux sans alcool continuent de consommer également des spiritueux alcoolisées, élevant ainsi considérablement les standards de qualité et d’authenticité gustative attendus par cette clientèle. Par conséquent, pour attirer et fidéliser cette portion du marché, les producteurs de spiritueux sans alcool doivent répondre à des critères d’excellence particulièrement élevés.

“Les gens alternent. Ils ne font pas preuve d’abstinence. On sait que 71 % des consommateurs de ces nouveaux spiritueux sans alcool consomment également des spiritueux alcoolisés. C’est donc vraiment intéressant pour la façon dont nous communiquons avec nos consommateurs. Ils savent déjà comment consommer un cocktail alcoolisé et l’idée est de leur proposer les mêmes alternatives mais dans une version sans alcool”

Solène Marchand, responsable marketing des produits sans alcool de Pernod Ricard

Après avoir analysé le positionnement des marques de spiritueux sans alcool par rapport aux spiritueux alcoolisés traditionnels, nous avons identifié trois catégories.

1- Les imitations de spiritueux traditionnels

Ceux qui essaient d’imiter exactement le goût des spiritueux traditionnels comme le gin, le rhum ou le tequila. En Europe, les spiritueux à faible teneur d’alcool et sans alcool ne sont pas autorisés à être vendus sous l’appellation de versions alcoolisés traditionnelles, comme le “gin sans alcool”, à cause des règles strictes de l’UE sur l’emploi des ces appellations (règlement (CE) n° 110/2008). Par conséquent, les marques ne peuvent pas utiliser ces appellation pour décrire leur produits. Mais ils trouvent un moyen de prendre ces spiritueux comme point de repère.

Aux États-Unis, les marques des spiritueux sans alcool peuvent utiliser en toute légalité des appellations telles que “Gin”, “Rum”, “Tequila” pour leurs produits non alcoolisés. Les produits de la marque Ritual Zero Proof, par exemple, sont commercialisés en utilisant des termes familiers pour communiquer le profil de saveur qu’ils entendent imiter.

L’adoption d’appellations reconnues comme le gin ou le rhum pour l’étiquetage peut encourager l’achat initial, mais elle risque également de provoquer des comparaisons immédiates et d’établir des attentes spécifiques quant au profil gustatif, posant ainsi un défi considérable pour ces entreprises.

2 – Les nouvelles expériences

Certaines marques se positionnent davantage comme des créateurs de boissons botaniques, ouvrant la voie à une nouvelle catégorie de boisson. Ces entreprises mettent l’accent sur l’élaboration de saveurs inédites, avec pour ambition de proposer des produits qui se démarquent, à la fois des options alcoolisées et non alcoolisées disponibles. Elles aspirent à enseigner aux consommateurs la meilleure manière de savourer leurs créations, envisagées comme des cocktails raffinés pour adultes, offrant ainsi une alternative sans alcool mais tout aussi enrichissante.

3- Versions sans alcool des spiritueux alcoolisés historiques

Certains géants de l’industrie proposent des versions non alcoolisées des leurs boissons historiques. Diageo, par exemple, a lancé des versions non alcoolisées de plusieurs produits bien connus du grand public. Parmi eux, on trouve le Captain Morgan Spiced Gold non alcoolisé, le gin Gordon’s non alcoolisé lancé en 2020 et le gin Tanqueray non alcoolisé en 2021.

Ces géants de l’industrie relèvent un défi majeur : reproduire le goût authentique de leurs versions alcoolisées dans ces alternatives sans alcool. Le succès de ces initiatives dépend de leur capacité à capturer l’essence et les arômes complexes des originaux, une tâche difficile sans la présence d’alcool. Cela nécessite des innovations techniques et une compréhension profonde des saveurs pour offrir aux consommateurs une expérience gustative comparable, sans compromettre la qualité ni l’authenticité.

#6 – L’innovation dans les bières sans alcool

Trois chiffres clés :

  • 33% des foyers français ont acheté des bières sans alcool en octobre 2023
  • Le leader mondial AB InBev estime que les bières sans alcool représenteront au moins 20 % de sa production totale d’ici à 2025
  • Le marché des bières sans alcool devrait dépasser les 46 milliars de dollars de chiffre d’affaires d’ici 2025

La bière a été l’une des premières boissons alcoolisées à proposer des équivalents sans alcool, contrairement aux vins et spiritueux sans alcool qui ne sont arrivés que plus récemment sur le marché. A titre de comparaison, Seedlip a lancé le premier spiritueux sans alcool distillé au monde en 2015, tandis que la première bière sans alcool au monde, la Clausthaler, avait déjà été introduite dès 1979.

Mais si les bières sans alcool ont été parmi les premières à gagner en popularité, l’innovation dans le secteur continue de refléter une évolution remarquable dans l’industrie brassicole, tirée par un changement des préférences des consommateurs et une recherche constante de diversité. Le secteur connaît même une ascension remarquable, avec une croissance de 15,3 % en chiffre d’affaires, atteignant les 202,68 millions d’euros. Ce dynamisme se manifeste particulièrement dans les segments des bières aromatisées et blondes sans alcool, avec des hausses respectives de 21,2 % et 9,5 % en valeur. Parallèlement, la croissance des volumes vendus confirme l’engouement pour ces boissons, illustrant une tendance à la hausse de 14,1 %.

Source : Iri, CAM au 6.11.2022, tous circuits

Alors que le marché global de la bière a légèrement reculé, les bières sans alcool se démarquent par leur vitalité, signe d’une évolution des préférences des consommateurs vers des options plus saines.

Les grands acteurs du marché et les brasseurs indépendants s’investissent activement dans ce segment prometteur. Avec des lancements variés, allant de nouvelles recettes à des versions sans alcool de bières bien connues, ils contribuent à l’élargissement de l’offre disponible. Ces initiatives ont non seulement dynamisé le marché mais ont également généré des ventes supplémentaires significatives.

L’innovation est au cœur du succès des bières sans alcool, grâce principalement à l’emploi de techniques de désalcoolisation sophistiquées. Ces méthodes sont essentielles pour améliorer le profil gustatif des bières, offrant aux amateurs des options à la fois délicieuses et non alcoolisées. Pour rivaliser en goût avec les bières traditionnelles, les brasseurs se tournent vers une variété de procédés, allant de la distillation à basse température à l’osmose inverse, visant à maintenir l’intégrité des saveurs.

Les consommateurs désirent des bières sans alcool qui ne compromettent pas sur la richesse aromatique et la complexité gustative par rapport aux bières alcoolisées. Pour répondre à cette attente, les brasseries redoublent d’efforts en recherche et développement pour affiner leurs techniques de production. Que ce soit par la désalcoolisation après la fermentation ou par la limitation du processus fermentatif, l’objectif est de capturer l’essence véritable de la bière tout en réduisant ou éliminant son contenu alcoolique.

Il est essentiel désormais de refaire l’image des bières sans alcool, longtemps considérées de qualité inférieure. Jonathan Dubois – CEO de Goxoa

Mais l’innovation ne se limite pas uniquement aux techniques de fabrication. Elle s’étend également à la sélection des ingrédients et à la création de recettes inédites. L’exploration de houblons rares, l’utilisation de malts spéciaux, et l’intégration d’éléments non conventionnels tels que fruits, épices, et herbes diversifient le spectre des goûts disponibles dans le segment sans alcool. Ces avancées captivent une clientèle variée, incluant à la fois ceux qui choisissent de ne pas consommer d’alcool pour des raisons de santé ou personnelles, ainsi que les connaisseurs de bière en quête d’aventures gustatives inédites.

En outre, l’aspect social de la consommation de bière joue un rôle crucial dans l’essor des bières sans alcool. Les consommateurs souhaitent participer aux moments sportifs, sociaux et festifs sans les effets de l’alcool.

Goxoa, une bière sans alcool destinée aux sportifs.

La marque Goxoa propose une bière isotonique et sans alcool pensée pour les sportifs, une solution de choix pour récupérer de son effort en se faisant plaisir.

Les bières sans alcool répondent à ce besoin, permettant de profiter de l’ambiance conviviale du partage d’une bière, sans compromettre la capacité de conduire, la productivité du lendemain, ou les objectifs de santé à long terme.

La communication et le marketing autour des bières sans alcool ont évolué pour mettre en avant ces innovations et les valeurs qu’elles représentent. Les campagnes publicitaires mettent l’accent sur le style de vie actif et conscient associé à la consommation de bières sans alcool, utilisant les réseaux sociaux pour atteindre un public plus large et plus diversifié.

La communication de GINGEUR sur Instagram.

L’innovation dans les bières sans alcool est donc un phénomène complexe, à l’intersection de l’évolution des goûts, des valeurs sociétales et des avancées technologiques. Elle témoigne d’un marché en pleine maturité, prêt à accueillir une diversité croissante de produits répondant aux désirs d’une clientèle exigeante et consciente.

#7 – Expansion des vins désalcoolisés

Trois chiffres clés :

  • Le marché du vin NoLo en France a connu une croissance de +6 % en volume en 2022 par rapport à 2021
  • En France, la consommation de vin rouge traditionnel a diminué de 32% en dix ans
  • Entre les années 1960 et 2022, la consommation individuelle moyenne de vin des Français a chuté de plus de 60%

Dans le contexte français, la relation au vin est intrinsèquement liée à la culture, à l’histoire, et au patrimoine, ce qui confère au vin une place particulière dans les habitudes de consommation. Pourtant, la France, premier producteur et premier consommateur de vin dans le monde, est aussi en tête de la demande de vin désalcoolisé, aux côtés de l’Allemagne, de la Finlande, et des Pays-Bas. Pour les vins à faible teneur en alcool, les plus gros consommateurs se trouvent en Norvège, aux États-Unis, et de nouveau aux Pays-Bas.

Même dans un pays à la tradition viticole aussi riche et ancrée que la France, on observe une évolution significative des comportements liés à la consommation d’alcool : le marché du vin NoLo en France a connu une croissance de +6 % en volume en 2022 par rapport à 2021, avec une croissance annuelle composée prévue de 3 % entre 2022 et 2026.

Les principales raisons de cet engouement sont variées selon une étude menée par l’IWSR (International Wine and Spirit Research) sur 10 pays clés, dont la France : à 40% la recherche d’une consommation réduite en alcool, à 38% une attention accrue à la santé, à 33% une attente différente en goût et à 20% la volonté de consommer moins de calories. De plus, le vin, avec sa réputation d’être onéreux, plus complexe et souvent considéré comme un plaisir d’initiés, peine à séduire les jeunes générations moins versées dans la tradition vinicole. À la recherche de simplicité et d’accessibilité, ces derniers se détournent au profit des bières artisanales et des cocktails, alcoolisés ou non, qui promettent une expérience conviviale et sans prétention.

Le rôle du vin s’est notablement transformé, se cantonnant désormais aux célébrations plutôt qu’aux repas quotidiens, une évolution attribuable en partie à l’augmentation des ménages unipersonnels où le vin est moins apprécié en solitaire. Cette mutation s’accompagne d’un changement de préférences entre les générations : alors que les aînés ont un penchant pour les vins rouges corsés, les jeunes se tournent vers des variétés plus légères telles que les blancs et les rosés, en résonance avec une moindre consommation de viande rouge, traditionnellement accompagnée de rouge.

La baisse significative de 32% de la consommation de vin rouge en France en dix ans, rapportée par une étude de Kantar pour RTL, reflète ce glissement des habitudes et préférences. Cette tendance est également influencée par la popularité croissante des apéros dînatoires, qui privilégient la convivialité et la diversité des saveurs au détriment des dîners traditionnels plus élaborés et copieux ; marquant ainsi une préférence pour des moments de partage informels qui favorisent la consommation de vins plus légers et versatiles, adaptés à une variété de bouchées et plats légers. Cette évolution des pratiques sociales et alimentaires illustre un changement profond dans les modes de vie et les attentes des consommateurs, impactant directement la consommation de vin en France.

Pourtant, cet intérêt décroissant pour le vin traditionnel ne se manifeste pas uniquement comme un obstacle pour les vignerons classiques ; il ouvre également une opportunité précieuse pour la filière viticole de se réinventer. En innovant et en s’ouvrant à un nouveau segment de clientèle aux goûts variés, le secteur enrichit son offre sans pour autant reléguer au second plan le vin traditionnel. Les producteurs, en modulant les niveaux d’alcool, séduisent un public plus large, diversifient leur gamme de produits et explorent de nouvelles pistes à l’international, comme le domaine de Brau, près de Narbonne, qui a introduit Cypher, un rosé sans alcool, suivi d’un blanc et de versions en cannettes et pétillantes.

Domaine Brau : modernité et écologie - Avenue des Vins
Les vignes du domaine de Brau.

En enrichissant de cette manière leur catalogue, les producteurs de vin peuvent répondre aux besoins d’une clientèle nouvelle, plus large, incluant ceux qui, alternant consommation d’alcool et boissons désalcoolisées, cherchent à modérer leur consommation. Certains grands domaines se sont même lancés dans le vin désalcoolisé : Coralie de Boüard, présidente du conseil de surveillance de château Angélus, premier grand cru classé en Saint Emilion, a entrepris de produire ce genre de vin, depuis deux ans, pour répondre à une demande des propriétaires qataris du Parc des princes.

Malgré le potentiel prometteur de ce marché, certains défis demeurent, notamment en matière de pleine satisfaction des attentes des consommateurs. Bien que populaire, le vin désalcoolisé n’arrive pas à rivaliser en fidélité et en achats répétés avec d’autres boissons sans alcool, une situation en partie due à la manière dont les consommateurs perçoivent et expérimentent ce produit.

Contrairement aux bières non alcoolisées, dont le goût et l’expérience se rapprochent étroitement de leurs équivalents alcoolisés, reproduire fidèlement ces aspects dans le vin désalcoolisé s’avère plus difficile. Cette différence s’explique principalement par la complexité inhérente au processus de fabrication du vin, qui repose fortement sur la fermentation pour développer son profil unique de saveurs et d’arômes. L’alcool joue un rôle crucial non seulement en tant que composant de goût, mais aussi en influençant la texture et la sensation en bouche du vin. Lorsque l’alcool est retiré du vin, il est souvent difficile de maintenir la richesse et la complexité des saveurs, ainsi que les nuances subtiles qui sont valorisées par les amateurs de vin. Aujourd’hui, les progrès technologiques dans les méthodes de désalcoolisation, notamment par osmose inverse et distillation sous vide, ont permis d’atteindre des niveaux de sophistication plus élevés dans la production du vin désalcoolisé.

Pour en savoir plus sur ces techniques de désalcoolisation et découvrir les entreprises qui sont à la pointe de cette innovation, des ressources en ligne offrent des éclairages détaillés et des analyses approfondies sur le sujet : desalcoolisation.com et bmstartupwin.com

Désalcoolisation du vin: le processus chez Vintense - Vintense
L’installation de distillation sous vide de Vintense.

Cette quête d’innovation a réussi à enrichir le profil aromatique et gustatif du vin désalcoolisé. Mais bien que certains se rapprochent de la qualité des vins alcoolisés, les différences de procédé entraînent néanmoins une modification significative de la boisson finale. Ainsi, plutôt que de le considérer comme un simple substitut, le vin désalcoolisé gagnerait à être envisagé davantage comme une nouvelle catégorie à part entière. Reconnaître cette nouvelle proposition unique permettrait non seulement de valoriser les efforts d’innovation des producteurs, mais aussi d’ouvrir un espace où les nuances et les qualités spécifiques de ces boissons peuvent être appréciées à leur juste valeur, sans les préjugés souvent attachés aux comparaisons avec leurs homologues alcoolisés.

Les réglementations européennes travaillent déjà dans ce sens en établissant des normes précises : la définition légale du vin stipule qu’il s’agit d’un produit obtenu exclusivement par la fermentation alcoolique, partielle ou totale, de raisins frais, foulés ou non, ou de moût de raisin. Pour être qualifiée de “vin”, une boisson doit respecter des critères spécifiques, notamment en termes de teneur en alcool. Traditionnellement, cette teneur doit se situer dans une fourchette définie, souvent entre 8,5 % et 15 % d’alcool par volume pour la plupart des catégories de vin, avec certaines exceptions pour les vins doux naturels ou d’autres types spéciaux. Ainsi, la marque Nivers parle de “boissons de haute qualité aromatique, conçue pour explorer les nouveaux territoires de pairing sans alcool” plutôt que de vin désalcoolisé.

Les boissons de haute qualité aromatique de Nivers.

Bien que les réglementations européennes et nationales soient claires sur la définition du vin, y compris les critères de teneur en alcool, il peut exister des zones grises ou des interprétations différentes des règles. Certains producteurs peuvent exploiter ces ambiguïtés pour étiqueter leurs produits de manière avantageuse. De plus, la mise en œuvre effective des réglementations dépend de la vigilance et des ressources des autorités compétentes dans chaque pays membre de l’UE. Avec des milliers de producteurs et de marques sur le marché, surveiller chaque produit pour s’assurer qu’il respecte les critères d’étiquetage peut être un défi logistique et financier important.

Par ailleurs, le Royaume-Uni, suite à son départ de l’Union Européenne (Brexit), a la possibilité d’adapter ses propres réglementations concernant la production et la commercialisation des boissons alcoolisées et non alcoolisées. Longtemps importateur, le pays est devenu petit à petit un pays producteur en pleine expansion : les vignes, plantées pour la plupart au début des années 2010, commencent à se frayer une petite place sur le marché mondial.

Dans ce contexte, il semble que le Royaume-Uni envisage d’assouplir les règles à partir du 1er Janvier 2024, en permettant l’utilisation du terme “vin” pour des boissons contenant moins de 8,5 % d’alcool, y compris celles sans alcool. Cette évolution marquerait un changement significatif par rapport aux normes européennes traditionnelles, en élargissant la catégorie légale du vin pour inclure des “vins sans alcool”. Les autorités britanniques estiment que cette modification ne confondra pas les consommateurs et reflète une approche flexible face aux tendances de consommation émergentes, comme la demande croissante pour des options de boissons plus saines ou adaptées à différents styles de vie.

Un assouplissement de ce type dans les réglementations européennes pour permettre la désalcoolisation tout en autorisant l’utilisation des appellations d’origine permettrait d’offrir une bouée de sauvetage aux producteurs face aux excédents invendables. Par exemple, 8 000 hectares de vignes ont été arrachés en Gironde ce mois de février 2024 à cause de la surproduction de vin rouge. Luc Bergerie qui vient de reprendre l’affaire familiale a dû faire arracher trois hectares de cépages de merlot possédant une appellation d’origine contrôlée bordelaise.

Avec la vigne, on ne s'en sort plus"
8 000 hectares de vignes ont été arrachés en Gironde ce mois de février 2024 à cause de la surproduction de vin rouge.

Les augmentations de température, les changements dans les précipitations, et l’incidence accrue d’événements climatiques extrêmes perturbent les cycles de croissance des vignes, modifient la composition des raisins, et, par conséquent, affectent le profil aromatique et la qualité des vins. En région viticole comme la Vallée du Rhône, le réchauffement climatique entraîne une augmentation du degré d’alcool dans les vins, forçant les producteurs à explorer des solutions innovantes comme la désalcoolisation pour maintenir l’équilibre et la finesse de leurs produits.

La coopérative Rhonéa a par exemple investi dans une machine de désalcoolisation et a lancé une première cuvée de côtes-du-Rhône partiellement désalcoolisée, à 11,5º, en réponse au réchauffement climatique qui tend à augmenter le degré d’alcool dans les vins. À Landiras (Gironde), le premier exportateur français de vin a aussi investi 3,5 millions d’euros dans un nouveau bâtiment, où le vin est réchauffé jusqu’à 40 °C environ. À cette température sous vide, l’alcool et les arômes s’évaporent, puis les arômes sont reconduits dans le vin désalcoolisé.

#8 – Boissons fonctionnelles et saines

Trois chiffres clés :

  • En 2020, le segment des boissons fonctionnelles était valorisé à 258,8 milliards de dollars avec un taux de croissance annuel composé de 9,5 % attendu d’ici 2028
  • Le soutien immunitaire est devenue la fonctionnalité la plus valorisée par les consommateurs parmi les produits alimentaires et de boisson
  • Il existe pas moins de 11 types de boissons fonctionnelles différentes

Au fil de la dernière décennie, les boissons fonctionnelles qui sont conçues pour apporter un bénéfice au-delà de la simple hydratation (incluant des améliorations nutritionnelles ou physiologiques spécifiques pour la santé et le bien-être de l’individu), ont vu leur popularité s’envoler, se taillant une place de choix au sein du marché alimentaire et des boissons. Ces boissons. Une étude menée par Fortune Business Insights révèle qu’en 2020, ce segment était valorisé à 258,8 milliards de dollars, affichant un impressionnant taux de croissance de 11 %. Les projections suggèrent que cette dynamique ne faiblira pas, anticipant un taux de croissance annuel composé de 9,5 % d’ici à 2028. Comparativement, cette expansion surpasse nettement celle observée dans le secteur des boissons gazeuses traditionnelles, marquant un tournant significatif dans les préférences des consommateurs et les tendances du marché.

L’innovation incessante dans le monde des nutraceutiques a enrichi considérablement la variété des produits disponibles. Les entreprises du secteur font preuve d’une grande créativité, en privilégiant la praticité, l’amélioration des saveurs et des textures, ainsi que les avantages pour la santé, afin d’offrir aux consommateurs une gamme étendue de produits adaptés à des besoins précis.

De nos jours, il est possible de trouver une boisson fonctionnelle pour pratiquement chaque objectif de santé ou de performance, allant des boissons enrichies en vitamines et minéraux, à celles qui contiennent des probiotiques, des protéines, ou encore des adaptogènes.

  • Boissons énergisantes : contiennent de la caféine, de la taurine, des vitamines B et parfois des extraits de plantes pour stimuler l’énergie et la concentration.
  • Boissons sportives : fournissent des électrolytes (comme le sodium et le potassium) et des glucides pour réhydrater et reconstituer l’énergie perdue pendant l’exercice.
  • Eaux enrichies : Eau infusée avec des vitamines, des minéraux, des antioxydants, ou des extraits de plantes pour divers avantages santé.
  • Boissons probiotiques : Comme le kéfir et le kombucha, contenant des bactéries bénéfiques pour soutenir la santé digestive.
  • Jus enrichis : Jus de fruits ou de légumes enrichis avec des vitamines, des minéraux, ou d’autres nutriments comme les fibres ou les protéines.
  • Boissons à base de protéines : Contiennent une dose significative de protéines, souvent utilisées pour la récupération musculaire après l’exercice ou comme supplément alimentaire.
  • Boissons nootropiques : Infusées avec des substances censées améliorer la fonction cognitive, la mémoire, ou la concentration, comme le Ginkgo biloba ou la L-théanine.
  • Boissons adaptogènes : Contiennent des herbes adaptogènes comme le ginseng, l’ashwagandha, ou la Rhodiola rosea, censées aider le corps à résister aux stress physiques et psychologiques.
  • Boissons au CBD : Infusées avec du cannabidiol (CBD), offrant relaxation et soulagement du stress sans les effets psychoactifs du THC.
  • Boissons à base de plantes : Utilisent des extraits de plantes et des nutriments naturels pour promouvoir la santé et le bien-être, comme les boissons à l’aloe vera pour la digestion ou la sève de bouleau pour la détoxification.
  • Boissons antioxydantes : Enrichies en antioxydants comme les vitamines C et E, pour protéger les cellules contre les dommages des radicaux libres.
Marine Collagen Drinks: Collagen Water
Il est même possible aujourd’hui de boire des boissons au collagène pour atteindre sa dose quotidienne tout en se désaltérant avec plaisir.

Cette diversification remarquable reflète la tendance croissante vers une approche plus personnalisée de la nutrition et du bien-être. Les consommateurs, de plus en plus informés et attentifs à leur santé, recherchent des produits spécifiquement conçus pour répondre à leurs besoins individuels, que ce soit pour améliorer la performance physique, la concentration mentale, le bien-être digestif ou encore la résilience au stress. Dans ce contexte, l’industrie des nutraceutiques ne cesse d’innover, proposant des solutions sur mesure qui s’alignent sur les aspirations et les modes de vie variés de chacun. Les millenials aiment particulièrement cette possibilité d’expérimenter : une étude récente faite sur une population âgée de 25 à 34 ans, montre que 57% d’entre eux sont des consommateurs de boissons fonctionnelles, toutes catégories confondues.

Publication sur le compte Instagram de Bella Hadid comptabilisant plus de 1.2M de likes pour l’annonce du restock de Kin Euphorics.

L’impact des médias sociaux, des célébrités et des campagnes marketing spécifiques reste cependant indéniable dans l’attrait de ces produits auprès de cette démographie. Les plateformes de réseaux sociaux servent de vitrines idéales pour partager les expériences de consommation et mettre en avant les bénéfices associés à ces produits, grâce à l’influence de personnalités telles que Bella Hadid. Ces canaux permettent non seulement de diffuser des messages persuasifs mais aussi de créer une communauté autour de la santé et du bien-être, où les individus peuvent découvrir, s’informer, et s’inspirer mutuellement.

Cet intérêt grandissant pour la fonctionnalité nutritionnelle des aliments s’est nettement accentué, particulièrement en réponse à la crise sanitaire mondiale déclenchée par la COVID-19. Cette période a marqué un tournant dans la manière dont les individus abordent leur santé, avec un intérêt accru pour les démarches préventives et une gestion proactive de leur bien-être. Face à cette évolution, de nombreux consommateurs se tournent vers des options naturelles, privilégiant ces alternatives aux compléments alimentaires traditionnels.

Des recettes “home made” de boissons saines et naturelles à reproduire pullulent sur internet.

Les produits qui comprennent des probiotiques, des vitamines ajoutées ou des ingrédients naturels tels que le gingembre, riche en antioxydants et traditionnellement utilisé comme remède maison, sont actuellement recherchés par les consommateurs. Cette tendance représente une aubaine pour les acteurs du marché des aliments fonctionnels, désormais devant répondre à une demande croissante pour des produits qui offrent des bénéfices santé supplémentaires à la simple valeur nutritive.

Les ingrédients fonctionnels qui aident à renforcer le soutien immunitaire ont particulièrement capté l’attention, incitant à une vague d’innovation dans le secteur. La pandémie de COVID-19 a mis en lumière l’importance de la résistance immunitaire, redirigeant l’attrait des consommateurs des bénéfices axés sur l’amélioration des performances vers ceux favorisant une meilleure santé immunitaire.Selon Innova Market Insights en 2020, cette focalisation sur le soutien immunitaire est devenue la fonctionnalité la plus valorisée parmi les produits alimentaires et de boissons, incitant ainsi les fabricants à innover et à enrichir leurs boissons fonctionnelles avec des composants bénéfiques pour la santé immunitaire comme par exemple les cures de shots de gingembre, particulièrement populaires sur les réseaux sociaux.

La cure immunité en shots de citron et gingembre de Jus Paf.

Cet intérêt pour des produits favorisant une meilleure immunité n’est pas confiné à une région spécifique mais s’étend à l’échelle mondiale. En Asie, notamment en Inde et en Indonésie, l’immunité est considérée comme le critère le plus essentiel, avec une proportion significative de consommateurs exprimant le désir d’acheter des produits pour leurs bienfaits immunitaires. Cette tendance se vérifie également en Europe, comme en Allemagne où l’immunité figure parmi les avantages pour la santé les plus recherchés.

En plus de renforcer le système immunitaire, l’importance de la santé intestinale a pris de l’ampleur récemment, créant des opportunités pour le développement de produits fonctionnels enrichis en fibres, probiotiques, et prébiotiques, qui contribuent à maintenir un équilibre sain de la flore intestinale. Les aliments fermentés, tels que le kéfir et le kombucha, qui sont naturellement riches en micro-organismes bénéfiques, ont rencontré un succès remarquable en Amérique du Nord et dans certaines régions de l’Europe de l’Ouest.

Les boissons au kéfir de fruit de L’Atelier du Ferment contenant des milliards de bons micro-organismes.

Les boissons enrichies en nutriments et en prébiotiques, une forme de fibre alimentaire, telles que Hellowater et Wanu (qui contient également des vitamines), représentent une nouveauté sur le marché. La prise de conscience par les consommateurs des avantages d’une flore intestinale équilibrée, combinée à la publicité positive autour des probiotiques ces dernières années, a stimulé l’intérêt pour les prébiotiques. Les boissons offrent une méthode attrayante et pratique pour augmenter l’apport en fibres, et étant donné que l’ajout de prébiotiques dans les boissons est encore relativement innovant, le secteur dispose d’un large potentiel pour de nouvelles avancées.

L’engouement croissant pour les boissons fonctionnelles s’explique également par l’adoption de modes de vie plus actifs. La popularité de la musculation, avec plus de six millions de Français abonnés à des salles de sport en 2023, illustre bien ce phénomène, positionnant la France comme le troisième plus grand marché du fitness en Europe, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni. Cette tendance vers une population de plus en plus active et sensibilisée à l’importance de l’exercice physique pour la santé a stimulé la demande pour des boissons fonctionnelles. Ces produits, qui promettent une hydratation optimale ou fournissent des nutriments essentiels pour la récupération post-exercice, rencontrent un vif succès. Les consommateurs recherchent des options soutenant un style de vie sain et dynamique, notamment celles faibles en sucre et enrichies en nutriments bénéfiques. De plus en plus conscients de l’importance de l’hydratation et des apports en vitamines, minéraux et suppléments, les consommateurs voient dans les boissons fonctionnelles un moyen pratique de compléter leur régime alimentaire.

Symples, producteur français d’infusions glacées bio s’engage à “limiter au maximum l’utilisation du sucre pour créer les boissons les plus saines possibles”.

Dans ce contexte, les protéines ont connu une explosion de popularité, reflétant une évolution des préférences vers des produits alignés sur ces aspirations à un mode de vie sain. Le marché mondial des boissons protéinées prêtes à boire est prévu pour atteindre 4,1 milliards de dollars américains d’ici 2025, avec un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 7,9 % sur six ans, selon Grand View Research. Les marques s’adaptent à cette demande en enrichissant leurs produits en protéines, y compris par des formules à base de protéines végétales, et en les incorporant dans de nouvelles catégories de produits comme l’eau, les jus et le café. Cette innovation répond directement à la recherche par les consommateurs d’options plus saines, une tendance également soulignée par une étude de marché de Mintel en 2015, qui notait une préférence marquée pour des alternatives plus saines aux sodas et jus sucrés. La stigmatisation croissante des sodas a ainsi contribué à orienter le marché des boissons vers des solutions plus en phase avec les attentes des consommateurs pour un mode de vie actif et sain.

PRO-FITE fabrique des boissons protéinées saines et délicieuses pour les sportifs.

Alors que la performance physique et mentale reste une priorité pour ceux engagés dans une vie active, l’importance accordée à la santé mentale a ouvert la voie à une nouvelle catégorie de produits. L’émergence de propositions alimentaires axées sur l’amélioration de l’humeur et la gestion du stress reflète une prise de conscience plus large des liens entre l’alimentation, le bien-être mental et la performance cognitive. Les ingrédients comme la caféine, connus pour leur effet stimulant, ou les acides aminés trouvés dans certains aliments végétaux, qui peuvent influencer positivement l’humeur et l’énergie, sont désormais intégrés avec une intention précise. Ces composants sont soigneusement sélectionnés pour leur capacité à offrir des avantages spécifiques, allant de la réduction de l’anxiété à l’amélioration de la concentration et de l’humeur. La tendance vers les “aliments pour le cerveau” illustre parfaitement cette convergence entre nutrition et bien-être mental.

Les boissons Be Mate formulées à partir de superaliments et de nootropiques, sont conçues pour stimuler l’esprit et le corps et se désignent comme des “compagnons de productivité”.

Ces produits, conçus pour soutenir les fonctions cognitives et améliorer l’état d’esprit, se fondent sur des preuves scientifiques mettant en lumière l’impact de certaines substances sur le cerveau. Les consommateurs, de plus en plus informés et attentifs à leur santé mentale, recherchent activement ces ingrédients bénéfiques, reconnaissant leur potentiel pour améliorer non seulement leur bien-être physique mais aussi émotionnel.

#9 – Les bars, caves et espaces sans alcool

Trois chiffres clés :

  • 13  corners sans alcool ont été intégrés dans les magasins V and B en collaboration avec Gueule de Joie
  • Il existe aujourd’hui 11 caves physiques dédiées à 100% aux boissons sans alcool en France contre 3 il y a seulement 1 an
  • Le concept store dédié aux vins et spiritueux sans alcool Drinks&Co a généré 2,27M chiffre d’affaire en 2022

La demande croissante pour ces alternatives sans alcool et la diversification de leurs offres a conduit à l’ouverture d’établissements spécialisés, à l’échelle mondiale, avec plusieurs pays en tête d’affiche proposant exclusivement des boissons sans alcool. Aux États-Unis par exemple, des établissements tels que le Sans Bar à Austin et le Awake Bar à Denver réinventent la vie nocturne en proposant des expériences sans alcool, soulignant l’importance des connexions sociales authentiques sans l’influence de l’alcool. De même, au Japon, le 0% Non-Alcohol Experience et en Irlande, le Virgin Mary Bar, montrent que l’intérêt pour les alternatives sans alcool transcende les cultures, offrant des expériences uniques qui vont au-delà de la simple absence d’alcool. D’autres mentions notables incluent le Brunswick Aces à Melbourne, Australie, qui est le premier bar et marque d’esprit non alcoolisé du pays, offrant plus de 100 options de boissons sans alcool, et le Zero Dry Cocktail Bar à Toronto, Canada, qui se concentre sur la desserte d’événements privés et de fêtes avec des réinterprétations non alcooliques de cocktails populaires​​.

Le Awake Bar à Denver.

Ces espaces offrent le même confort que les bars traditionnels, tels que l’ambiance, la musique et le décor, mais sans l’alcool. Ils représentent une nouvelle option sociale pour ceux qui évitent l’alcool pour des raisons de santé, de choix de vie ou par simple curiosité de découvrir de nouvelles saveurs, offrant un lieu pour profiter de l’atmosphère d’un bar ou d’un café sans la pression sociale de consommer de l’alcool. Bien que cette initiative soit déjà établie dans des pays comme l’Angleterre et les États-Unis, elle reste moins répandue en France.

Bien que cette initiative soit déjà établie dans des pays comme l’Angleterre et les États-Unis, elle reste moins répandue en France. Des “dry bars” émergent (très) progressivement pour redéfinir l’expérience du bar en plaçant les boissons sans alcool au cœur de leur concept et ainsi offrir une alternative pour ceux qui préfèrent éviter l’alcool ou simplement découvrir de nouvelles saveurs.

Par exemple, dans son espace bar, Drinks & Co intègre le concept de “cocktails miroirs” dans son offre, où pour chaque recette de cocktail proposée, existe une version avec alcool et une version sans alcool. Ces versions sans alcool sont conçues pour offrir les mêmes caractéristiques gustatives que leurs homologues alcoolisées, permettant ainsi aux clients de profiter de l’expérience d’un cocktail de qualité, mais sans l’alcool. Déjà Bu ?, situé dans le 11ème arrondissement de Paris est cette fois ci un lieu 100% sans alcool. Fondé par Sarah Missaoui, le lieu se veut inclusif, où chacun peut trouver une boisson à son goût sans alcool​​.

Le bar et cave sans alcool “Déjà Bu ?”.

En parallèle, des réseaux de caves présents dans plusieurs villes françaises, proposent une vaste sélection de vins désalcoolisés, bières artisanales sans alcool, cocktails et spiritueux 0%, ainsi que d’autres boissons alternatives, illustrant également la volonté de démontrer qu’il est possible de s’amuser et de savourer des boissons de qualité sans alcool.

  • Sanzalc à Orchies
  • Le Paon Qui Boit à Paris
  • Déjà Bu ? qui est également une cave en plus d’être un bar sans alcool à Paris
  • La Cave Parallèle à Nantes
  • Gueule de Joie à Nantes
  • Lilozen à Rochechouart (Haute Vienne)
  • Nolo Spirit à Clermont-Ferrand
  • La Cave 0% à Bazas
  • Papompette à Pau
  • Plaisir Sans Ivresse en Guadeloupe

Néanmoins, il est vrai que dans les établissements plus traditionnels, les options sans alcool ne bénéficient pas toujours de cette même visibilité. Cette marginalisation du sans alcool reflète une certaine hésitation des distributeurs à adopter pleinement le mouvement NoLo, dû à plusieurs facteurs dont une perception de demande limitée, des questions de rentabilité, un manque de familiarité avec le segment nolo, ou encore la crainte que ces produits ne viennent empiéter sur les ventes d’alcool.

Ces préoccupations sont compréhensibles dans un contexte commercial, où chaque décision doit être pesée en termes de bénéfices et de risques. Mais les distributeurs traditionnels ont l’opportunité d’élargir leur offre et de répondre à un spectre plus large de préférences de consommation en intégrant de manière plus proactive les boissons sans alcool dans leur assortiment. En formant leur personnel sur les avantages et la diversité des options sans alcool, ils peuvent transformer ces produits en atouts attractifs pour leur clientèle.

La collaboration entre Gueule de Joie, pionnier français dans la distribution des boissons sans alcool, et V and B, une enseigne spécialisée dans la vente et la dégustation de boissons alcoolisées, en est le parfait exemple. En lançant 13 nouveaux corners Gueule de Joie, intégrés dans les magasins V and B, les deux entreprises montrent leur engagement envers l’élargissement de leur offre pour mieux répondre aux attentes des consommateurs. Ces espaces bénéficieront en plus de l’expertise des cavistes de V and B, spécialement formés pour accompagner les clients dans la découverte des boissons sans alcool, renforçant ainsi l’engagement des distributeurs à offrir une expérience client de qualité.

La collaboration entre Gueule de Joie et les magasins V and B.

Accorder aux boissons sans alcool un espace dédié et visible, et traiter ces options comme un choix de premier plan plutôt que comme une alternative de second rang, peut non seulement améliorer l’expérience client mais aussi ouvrir des voies de croissance inexplorées. En s’engageant activement dans cette direction, les distributeurs peuvent capitaliser sur la tendance croissante vers la consommation responsable et découvrir de nouvelles opportunités de marché, enrichissant ainsi l’expérience de consommation pour tous. Cette démarche, loin d’être une concession, pourrait se révéler être une stratégie gagnante, alignée sur les attentes contemporaines des consommateurs.

#10 – Les NoLo au restaurant

Trois chiffres clés :

  • 36% des consommateurs considèrent désormais la diversité de l’offre de boissons sans alcool comme un critère déterminant dans le choix d’un bar ou d’un restaurant
  • 94 % des barmans proposent ou prévoient de proposer des spiritueux sans alcool à leur clientèle dès 2023
  • Lorsqu’ils sortent, 41% des français boivent des mocktails et 34% optent pour une bière sans alcool ou à faible teneur en alcool

Selon une enquête de CGA Nielsen, 36% des consommateurs considèrent désormais la diversité de l’offre de boissons sans alcool comme un critère déterminant dans le choix d’un bar ou d’un restaurant. Ces mêmes consommateurs se montrent prêts à délaisser un établissement au profit d’un autre qui proposerait une sélection plus riche et variée de ces alternatives. En réponse à cette demande grandissante de la part des clients pour des boissons alcoolisées, 94 % des barmans proposent ou prévoient de proposer des spiritueux sans alcool à leur clientèle dès 2023.

Toutefois, dans la réalité des faits, les marques de nolo se heurtent à des obstacles significatifs pour convaincre les restaurateurs d’adopter leurs produits. Certains restaurateurs demeurent sceptiques, percevant ces options comme répondant uniquement aux attentes d’une niche de consommateurs particulièrement préoccupés par leur santé ou leur alimentation. Le défi est d’autant plus grand que la marge bénéficiaire sur les boissons alcoolisées est traditionnellement plus élevée, rendant les alternatives sans alcool moins attrayantes du point de vue financier pour certains établissements.

Mary Céleste, ce bar emblématique du Marais a été parmi les premiers à proposer des mocktails de qualité.

En revanche, la haute gastronomie semble avoir mieux saisi l’ampleur et le potentiel de cette demande et adopte une approche différente : pour accompagner ses plats gastronomiques, Thierry Schwartz, chef étoilé à Obernai, travaille avec ses équipes à la création de boissons naturelles fermentées. Au-delà d’éviter le vin, il s’agit de susciter l’envie de découvrir d’autres breuvages, de qualité. Dans ce milieu plus élitiste, des établissements étoilés et des restaurants de renom commencent à proposer des accords mets et boissons sans alcool tout au long du repas, élevant ces dernières au niveau d’une véritable expression culinaire. Par exemple, Florent Pietravalle, chef étoilé à La Mirande à Avignon, en plus de l’accord mets et vins, a mis en place avec son équipe un accord mets et jus, où chaque mets est accompagné d’une boisson non alcoolisée en parfaite cohérence.

Eau de raifort pour un accompagnement mets / boissons sans alcool.

Les retours des clients sont très positifs et certains amateurs de vin se prennent au jeu pour une découverte amusante et différente. Justine Viano et Stephan Paroche, chefs étoilés à La Table de Castigno à Assignan proposent des boissons fermentées, thés, infusions, assemblages, extractions, kéfirs ou encore tapaches qui ont la capacité d’être un liant qui twistent les plats qu’ils accompagnent. Voyageant régulièrement en Asie et sachant que, là-bas, 40 % de la population ne boit pas d’alcool, cela leur paraissait évident.

À l’instar du vin, il y a beaucoup de choses à raconter aux clients. Je ne les vois pas comme des produits de substitution, mais plutôt comme une façon de se diversifier.

Pierre Carducci, chef du restaurant Éclosion à Saint-Paul en Jarez propose un menu en accords mets et thés abouti avec la marque biologique Les Jardins de Gaïa, car la demande devient très importante et que “cela semble incontournable dans un restaurant gastronomique”. De même, des événements prestigieux qui privilégiaient traditionnellement les boissons alcoolisées, s’ouvrent à l’innovation avec l’introduction de boissons sans alcool. Un exemple marquant est la Fashion Week de Taïwan en 2023, qui a été sponsorisée par Chalvin Zero, une gamme de boissons sans alcool, témoignant ainsi de l’évolution des mentalités et des habitudes de consommation vers une approche plus inclusive et diversifiée.

La Fashion Week 2023 de Taïwan sponsorisée par Chalvin Zero.

Dans un marché où les consommateurs sont de plus en plus attentifs à leur santé, à leur bien-être et à la diversité des choix, il est possible que cette tendance soit appelée à croître, et que les restaurateurs qui ne s’y adaptent pas risquent de perdre des parts de marché. La tendance des options NoLo ne montre aucun signe de ralentissement. De nouveaux produits sans alcool et à faible teneur en alcool sont constamment mis sur le marché, répondant à une demande croissante des consommateurs. Les restaurants qui intègrent ces options à leur carte sont donc plus susceptibles de rester pertinents et attractifs à long terme.

Offrir des options NoLo dans un restaurant montre également une sensibilité aux besoins diversifiés des clients. Cela peut inclure les clients qui préfèrent éviter l’alcool pour des raisons de santé, ceux qui sont désignés conducteurs, les femmes enceintes, les personnes en convalescence, ou tout simplement ceux qui ne veulent pas consommer d’alcool pour une occasion particulière. En répondant à cette demande, les restaurateurs montrent qu’ils sont attentifs à tous leurs clients et qu’ils sont prêts à adapter leur offre pour les inclure.

En conclusion ?

Alors que nous clôturons notre analyse marketing sur le marché du NoLo à ce moment précis, nous sommes conscients que nous nous trouvons à la frontière d’une ère nouvelle et inexplorée dans l’industrie des boissons. Ce secteur, encore en pleine structuration, recèle un potentiel de croissance et de transformation qui défie les prévisions les plus audacieuses. Cet engouement actuel pour les options NoLo soulève des questions captivantes sur l’évolution future des comportements de consommation, la redéfinition des expériences sociales autour de la boisson, et l’émergence de nouvelles normes de santé et de bien-être dans nos choix quotidiens.

Chez Backline, notre anticipation va au-delà de la simple curiosité pour les nouvelles saveurs et les innovations de produits ; elle embrasse les implications plus larges de cette tendance sur la culture de consommation et l’éthique des entreprises. Comment les marques s’adapteront-elles à une clientèle de plus en plus informée et exigeante ? Quelles stratégies de durabilité intégreront-elles pour répondre non seulement à la demande de produits NoLo mais aussi à l’appel global pour une consommation responsable ?

Nous sommes impatients de voir comment ce paysage en évolution influencera les dynamiques de marché, stimulera la créativité des producteurs, et façonnera les préférences des consommateurs. La trajectoire du marché NoLo, marquée par une accélération récente, nous promet une exploration fascinante des limites entre tradition et innovation, entre bien-être individuel et responsabilité collective. La route est encore longue et les défis nombreux, mais l’opportunité de participer à cette transformation nous remplit d’enthousiasme et d’optimisme pour l’avenir.

Si vous ne voulez rien rater de ce que nous allons continuer de publier, assurez-vous de vous abonner à notre newsletter et de nous suivre sur nos réseaux sociaux. Merci de nous avoir lus et à très bientôt pour de nouvelles insights !

Partagez sur les réseaux :

Expédition express

Expédition express

sous 48 heures
Envoi soigné

Envoi soigné

dans un emballage protégé
Traçabilité

Traçabilité

localiser votre colis
Paiement sécurisé

Paiement sécurisé

par CB avec Stripe
Livraison offerte

Livraison offerte

dès 75 €
0
    0
    Votre panier Shogga
    Mon panier est videRetour sur eShop Shogga